Les Bienveillantes - Jonathan Littell

Publié le par amanda

L'histoire...

"Les Bienveillantes" (chez Eschyle, des divinités du Mal) est un roman  rédigé en français, qui prend à bras le corps un sujet terrifiant : la vie, l'œuvre et la conscience d'un SS ayant pleinement participé à la mise en œuvre du génocide perpétré sur les juifs. Pourquoi ? Chez Maximilien Aue, en suivant l'argument classique des nazis, par simple obéissance. Mais aussi par conviction. Celui qui dit "je" et qui nous parle à travers ses Mémoires est donc un bourreau, comme il en exista bien d'autres. Mais beaucoup plus que ça, Aue se distingue par sa grande complexité : il est un homme de goût, il est un homme torturé par un désir incestueux pour sa sœur, il est un homme d'action, engagés auprès des Einsatzgruppen SS, groupes de soldats chargés de liquider juifs et communistes sur le front de l'Est, il est un homme de réflexion…



Mon avis

Jonathan Littell nous fait revivre avec ce roman les horreurs de la seconde guerre mondiale au travers du destin d'un de ses bourreaux. Un sujet sensible s'il en est, avec au final un livre forcément polémique. Le livre est long (1456 pages) et le sujet difficile : il faut donc être armé d'une solide motivation pour s'atteler à sa lecture... Et l'on ressort d'un tel voyage, pas tout à fait indemne, un peu abasourdi par autant d'horreur et de violence. Le livre est surprenant, car on oscille constamment entre attraction et répulsion, mais l'on tient bon, happé par la belle écriture de Jonathan Littell.


Les Bienveillantes a reçu le Prix Goncourt 2006 (le 6 novembre 2006, par 7 voies contre 3). Il a obtenu ce prix après avoir obtenu le  Grand Prix du Roman de l'Acédémie Française, le 26 octobre 2006.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Isa 27/02/2009 11:09

Je suis toujours en hésitation devant ce livre. Je finirais sûrement par craquer !!!

dasola 29/12/2008 16:41

Les 900 pages en caractères serrées ne sont pas toujours faciles à lire. Mais je ne regrette pas ma lecture (j'ai appris des choses sur la shoah par balles, etc. Et quel bonheur que d'avoir pu rencontrer J Littell qui m'a dédicacé son roman. Je conseille à tout le monde de lire au moins les 20 premières pages, monumentales dans tous les sens du terme. Bonne fin d'après-midi.

Daniel Fattore 17/08/2008 22:01

... et avoir suscité un certain barouf en Allemagne, où le sujet est sensible, pour des raisons évidentes.